Vang Vieng

Publié le par Rico

Lorsqu'on arrive dans la petite ville touristique de Vang Vieng c'est un peu le choc du grand n'importe quoi. Les touristes, en majorité des groupes de jeunes américains et jeunes anglais, passent leur temps devant les séries Friends à se mettre la tête à l'envers. La majorité des resto et bars possèdent des télés et diffusent séries, dessins animés et matchs de foot pour ces grands aventurirers que sont les jeunes "cons" Occidentaux (ça y est je suis passé du côté vieux con). La tendance étant de squatter le plus longtemps possible alongé devant la télé. On a même vu un couple allongé devant la télé du matin jusqu'au soir.  Le reste du temps, ils déambulent dans la rue à moitié à poil, peinturlurés du sol au plafond, en pumpum short, bikini, et tatouages au vent; comme à la plage. Quand on voit comment se baignent et se lavent les laotiens, la différence est nette !


Malgré des loies en vigueur plutôt répressives, la drogue circule librement. Des restos aux pancartes 'Happy Menu'  vendent des happy pizzas, happy shakes mais aussi des joints de weed, d'opium, ou carrément des sachets de champi, weed, opium. Les tarifs sont de 2 euros pour 1 joint de weed, 10 euros l'énorme sachet, 4 euros le joint d'opium, 10 centimes d'euros le sachet de champi !!!

 

A part ça, la ville est blottie entre des roches karstiques, les rizières et bordée par le Nam Song. Les paysages rappelent un peu l'Archipel de Bacuit aux Phillippines. Ici les grottes sont légion, il y a notamment des rivières souterraines qu'on peut traverser en bouée, d'autres qui renferment des Bouddhas, d'autres encore et encore...

 

Depuis quelques jours, Lilia est super fatiguée et a tous les symptômes de la malaria (fièvres, mal de tête, diarhée, frissons, mal aux articulations). On part à l'hopital.

 

Là-bas on trouve un groupe d'anglais peinturlurés en rouge et bleu, qui braillent dans l'hosto comme dans un stade de foot. L'un s'est ouvert le menton, l'autre le pied. Aucun médecin ne parle anglais. Après un bref examen, ils nous donnent des médicaments contre la diarhées et la fièvre. En gros efferalgan, smecta et immodium : merci mais on en avait déjà. On essaye de leur expliquer qu'elle a peut être le palud. IIs nous répondent la bouche en coeur "No malaria in Vang Vieng". Oui d'accord mais on vient du Sud, de la jungle, du Mékong, du Cambodge...."No malaria in Laos" Ah bon, et moi qui croyais que c'était un des pays les plus exposé... Sur le retour, on passe à la pharmacie qui nous conseille de revenir à l'hopital le lendemain pour voir le médecin et faire des analyses... Au final pas de palud : Ouf !

 

 

P1110244

P1110245

P1110246

P1110324

 

 

Pendant que Lilia se rétablit, je pars en scooter (3 euros / jour) à la découverte des environs. Je me ballade dans les rizières et les plantations de pastèques. Les cases des paysans sont éparpillées ici et là., les enfants jouent dans la rivière et courent dans les champs comme des lapins. En demandant mon chemin, des paysans m'offrent gentillement une grosse pastèque rien que pour moi. Je m'enfonce ensuite dans la jungle, au pied d'un énorme rocher karstique, jusqu'à ce que le sentier se confonde avec les plantes. Une fois de plus, je trippe sur les insectes, notamment sur les libellules rouges, roses et noires, bleues et noires !

 

Je vais ensuite visiter quelques grottes. En chemin je m'arrête avec des jeunes manger un peu et boire des bières bien fraiches. Ils sont jeunes, écoutent Justin  Bieber et ont tous déjà un ou deux gamins (qui dorment les oreilles collées aux enceintes). Ensuite ce sont des vieilles toutes bourées qui veulent me faire boire et danser... C'est vraiment pas une région à conseiller pour les drogués alcooliques bretons. Il risquerai de ne jamais revoir le pays.

 

Après quelques raté sur le chemin, je pénêtre dans les grottes. La première renferme un grand Bouddha. Elle est tellement longue que je mets bien 20 minutes à la traverser. Enfin j'ai eu l'impression que c'était 20 minutes.  Dans le noir, seul avec la frontale sur la tête, le temps est un peu élastique.

 

La deuxième grotte est un peu plus dangereuse car très glissante. Un Bouddha, plus petit s'y cache également,  mais surtout je sens comme des mauvaises ondes. En sortant je suis persuadé qu'il y a eu des sacrifices ou je ne sais quel massacre dans ce lieu...hin hin hin

 

 

P1110337

P1110339

P1110041

P1110052

P1110223

P1110214

P1110151

P1110193

P1110159

P1110156

P1110199

 


Le lendemain, avec Lilia dépaludée, on se baigne dans une rivière sous-terraine. Les couleurs des parois de la grotte et de l'eau de la rivière sont magnifiques. L'éclairage naturel donne l'impression que des projecteurs sont disposé un peu partout pour illuminer l'espace... Avec la frontale, je m'enfonce un peu plus loin. Il fait vraiment sombre, on y voit pas grand chose. C'est vraiment bizarre de nager dans un espace restreint par les parois et la nuit.

 

On visite ensuite le blue lagoon qui se révèle être d'une couleur plutôt marron ainsi que quelques grottes avant de retourner se baigner dnas la rivière sous-terraine. Cette fois-ci, nous ne sommes pas seuls. Les garçons se baignent et les filles se lavent les cheveux.

 


P1110248

P1110253

P1110251

P1110258

P1110278

P1110284

P1110317

P1110293

P1110308

 

 

 

Après toutes ces visites et tout ces trajets, en moto, sur des routes de terre, on retourne à notre bungalow prendre un apéro mérité avec, comme vue, la rivière, les rizières, les roches karstiques et quelques ballons pour colorer le tout.



P1110234

 

Publié dans Laos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> le récit d'une belle journée ...<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> c'est vraiment bioutifoul!!!<br /> <br /> <br />
Répondre