Rantepao - Pays Toraja

Publié le par Rico

J'arrive a Rantepao a 6h du matin. Pas grand monde dans la rue. Mon but n'est pas d'y rester mais du partir vers Mamassa, une ville sympa desertee par les touristes. Je trouve un bus qui part a 7h. Ah non ? Bon qui part en fait  a 9h et met 10h pour y arriver. En cherchant une solution plus rapide, je tombe sur Nicolas, un guide local qui parle bien Anglais et un peu Francais. Il me vante les merites du coin et, apres de longues negociations, dont je ne sort pas vraiment vainqueur, je pars avec lui  a la decouverte des environs.

 

On commence par le grand marche hebdomadaire. Aux alentours du marche, des artisans fabriquenrt des couteaux destines a la decoupe de la viande (tres importante ici...). Les 'etals' de fruits sont composes de bananes, tamarins, fruits de la passion, melons blancs, pasteques,  et pommes. Il y a eglament beaucoup de vendeurs de cafe, de tabac, de pate epicee, de coq de combat, de riz (il existe du riz noir, si c'est pas dingue ca !!!)...

 

On passe ensuite au marche des betes. Ici les buffles sont importants non pas pour pour la viande, mais pour les sacrifices...Les buffles accompagnent les ames des defunts au Paradis. Un buffle coute de 45 millions a 300 millions de roupies selon la couleur. Les blancs aux yeux bleus sont plus chers que les noirs car grace a leur sacrifie, on garde son rend au pays des morts. Vu leur prix, seuls les tres riches defunts peuvent se le payer !

 

Un cochon (2.5 millions pour un gros) glande tranquillement a l'ombre avec ses collegues en attendant d'etre attache par les pieds, puis attache a un de bambou pour etre facilement transporte.

 

On finit la visite par les stands de viande sechee (miam miam le bon steak de buffle qui traine sur le sol de puis trois semaines) et les stands de poissons avec leurs anguilles de rizieres.

 


img 0580

Babi

sulawesi7060

 

On part ensuite voir une ceremonie funeraire.

 

(Sur la route on croise une procession chretienne (les Chretiens sont majoritaire ici). Les autos suivent les camions qui suivent les motos. Dans les bennes des camions, les gens chantent et font de la musique. Tout le monde est joyeux, ca change pas mal des processions de chez nous !!!)


Beaucoup de personnes assistent a la ceremonie, tous vetus de noir. A notre arrivee, 6 buffles sont au milieu du site, trois deja decoupes,les tetes gisant au sol et trois attendant leur sacrifice.

 

Le site est constitue de la maison du defunt, de huttes provisoires qui accueillent les invites et de greniers a riz magnifiquement decores (on dirait des maisons). les decorations des greniers sont a l'effigie du coq (utilise pour les fetes gaies), l'effigie de buffle (fetes funeraires) et du porc (faut bien manger..). La femme, l'homme, les maisons y sont aussi representees. Le corps du defunt est expose en hauteur dans un. corbillard en bois. Les petites enfants, en costumes traditionnels accompagnent les invites. La famille distribue cigarettes et the aux invites. Les voisins pilonnent le riz en cadence. Certains membres de la famille jouent de la flute...

 

L'organisation d'une grande ceremonie (nombreux greniers a riz, nombre eleve de buffles sacrifies et presence de buffles blancs) est tres importante pour garder le rang de la famille. Une ceremonie funeraire coute extremement cheres. Parfois la famille attend plus de cinq ans avant de faire la ceremonie. En attendant la ceremonie funeraire, le corps du defunt est conserve dans sa maison...

 

090721 buffalo sacrifice Toraja 2090721 buffalo sacrifice Toraja 7Sulawesi-Tana-Toraja-Funeral046Sulawesi-Tana-Toraja-Funeral049Sulawesi-Tana-Toraja-Funeral011

toraja

toraja-img01

 

On part ensuite vers une autre ceremonie. Les paysages sont superbes, la route cabossee a souhait : la vieille moto de Nicolas peine vraiment dans les cotes !

 

La ceremonie est plus familiale. Je suis le seul touriste present et je recois un accueil des plus chaleureux. Deux buffles sont en train d'etre decoupes.  Les 'bouchers' picolent pas mal d'alcool local. Les enfants aident a nettoyer les peaux qui sechent ensuite au soleil (avant d'etre vendues pour la confection de porte monnaie, sacs et autres produits en cuir).

 

Tout autour du site des participants preparent les porcs. Tout d'abord, ils les tuent d'un coup de couteau dans le coeur. Ils reccueillent ensuite le sang dans des bambous avant de le cuire. Puis ils brulent la peau afin d'eliminer les poils avant de decouper la bete. Vient ensuite l'heure du partage de la viande selon l'importance des invites.

 

Moi, je mange du poisson grille, du porc, legumes, riz... Les gens veulent me faire gouter a tous les plats mais j'en peux plus moi ! (saya kenang !)

 

Apres toutes ces emotions, on reprend la route au milieu de la jungle, des rizieres et des villages traditionnels afin de visiter les sites toraja du coin. On commence par la visite d'un arbre abritant des corps de bebes. Puis une grottes avec des cercueils vieux de 400 ans. Ils ont la forme de bateaux (comme les maisons) et sont tous superbement graves. Beaucoup sont detruits, leur contenu etant entasse dans un coin. Un peu plus loin on visite une falaise abritant des tombes famililaes creusees dans la roche. Au pied de la falaise, des corbillards (d'usage unique) pourrissent.

 

249-P1130176

283227 TDV.ori

P1010425

P1010458

TORAJA141

toraja2

mini-toraja-inside-cave

kambira1

 

Apres une longue nuit, je change d'hotel pour rejoindre des gens que j'ai rencontre la veille. Un couple d'Hollandais part en rando. Moi je prend mon temps..un peu faineant le gars ! Le temps de se ravitailler et je me trouve a la station de bemo. La voiture qui part a Sadan est vide et j'ai pas vraiment envie d'attendre deux heures qu'elle se remplisse. Je trouve un bemo plein qui part vers tampanbonga. le temps de regarder ou cela se trouve et j'embarque. En partant, on croise le couple d'Hollandais qui attendent le depart d'une bagnole depuis deux heures. ils grimpent tant bien que mal dans le bemo.

 

Apres 1 heure de route, on commence enfin la rando. Tous les villages qu'on traverse sont traditionnels. les paysages sont composes de rizieres en terrasse, de forets de bambous et de montagnes. Sur le chemion, les gosses nous appellent, nous demande des bonbons (gula-gula, gula-gula !!!). Les femmes aussi d'ailleurs ! Quand je leur pose leurs prenoms en Indonesien (tchapa nama moun), les gosses s'enfuient en courant ! A chaque fois qu'on demande les temps de trajet, les gens (qui n'ont pas de montre) nous repondent : 1 heure ! dans les rizieres, les gens recoltent le riz et forme de petits bouquets qui sechent (en meme temps que le linge) sur les rochers. Les gens se font prendre volontiers en photo. Certains, meme, le demandent et veulent voir le resultat : excellent ! (je vais essayer de recuperer les photos...)

 

                                                       ------------------------------------------------------

 

Le deuxieme jour de rando on part a six : 1 Francais, 1 Suisse, 1 Quebeccoise, 1 Anglaise et 2 Hollandais. On demande notre chemin une centaine de fois,  on mange au milieu des rizieres, le paysage est a coupe le souflle. Apres notre dejeuner improvise, on doit passer a cote d'un buffle. Certains sont pas tres rassures. Sur de moi, je leur dit qu'il n'y a pas de problemes, que le buffle est bien plus peureux que nous...

 

Je pars en premier, toujours sur de moi, avant qu'il commence a faire des cabrioles et qu'il mime une charge vers nous...je pars en courant ! (Ne t'inquiete pas Maman, il etait attache par une corde. Un peu trop longue a mon gout d'ailleurs !). On le contourne et on continu la route...Bonne dose d'adrenaline tout de meme !

 

Je continue la ballade tout seul en courant la plupart du temps. Je m'arrete souvent afin de reprendre mon souffle et de causer un peu avec les habitants. Ils sont si amicaux ici, autant en profiter a fond ! (merci Marie pour les photos !)

 

INDO07 2961INDO07 2964INDO07 2976

INDO07 3124INDO07 2979INDO07 3032INDO07 3072INDO07 3080INDO07 3127INDO07 3083INDO07 3122

 

Ma derniere rencontre s'avere moins rejouissante. A l'hotel, pendant que je papotte avec Marie la Quebeccoise et Ben l'Australien (encore des champions toutes categories), une femme s'installe dans la chambre d'en face. Elle nous raconte qu'elle vient de quitter sa maison (ou de se faire jeter dehors...on a pas tout compris...) et ses enfants. Elle nous montre des bleus sur les bras..pas vraiment evident de la reconforter avec nos pauvre vocabulaire Indo... On l'invite a manger, elle est toute contente d'etre au resto avec trois touristes. Elle veut m'apprendre des mots en Toraja. Mes erreurs de prononciation la font bien rire...c'est deja ca !

 

                                                  ----------------------------------------------------------

 

Je quitte l'Indonesie avec pleins de souvenirs dans la tete. Des paysages de reves, des gens extraordinaires. Des traditions conservees malgre les ravages qu'ont fait ici (comme partout) les croisades chretiennes et musulmanes... Big Up l'Indonesie ! Saya sucar Indonesia ! Saya sucar orang Indonesia ! Sempai jumpa lagi ! Le retour a KL va etre difficile...

 

Ah oui au fait je vais quand meme vous apprendre quelques mots d'Indonesien....Orang veut dire peuple, Outang foret, et partout sur Terre ce mot designe un animal qui ressemble etrangement a l'Homme, grimpe aux arbres et a le poil roux !

Publié dans Indonésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article