Premiers pas au Cambodge

Publié le par Rico

A la frontière, les douaniers sont tout cool, parlent anglais et Français...ça facilite un peu la communication !

 

Après une visite médicale éclair, que je passe victorieusement malgré tous les symptome d'une bonne grippe aviaire, on embarque dans une voiture à la découverte du pays. Le contraste entre le Vietnam et le Cambodge est saisissant. Les routes ne sont plus goudronnées mais en terre rouge. La densité de population n'a rien à voir avec le Vietnam, les maisons sont beaucoup plus espacées. Elle sont construites en bois et montées sur pilotis Au milieu du vert des champs et de la terre rouge c'est super beau !

 

A Kampote, on met un peu temps à trouver un restaurant. Les rues sont pleines de cafés. On termine dans un café restaurant assez spécial. La salle est très grande, toutes les chaises sont tournées vers le fond du resto où trois télé passent trois programmes différents. Un Tom & Jerry, un match de foot et des clips de karaoké. Les enceintes, volume à fond, émettent le son de la plus grande télé qui délivre des clips romantiques (voir vraiment à l'eau de rose). Contrairement aux Philippines, personne ne chante !

 

Il n'y a pas de taxi ici, seulement des motos mais surtout des motos remorque. Deux style s'imposent : le carrosse et la remorque à paysans.

 

Nico et Lilia partent à l'aventure pendant que je reste au lit soigner ma méchante crève.

 

Le soir on mange dans un restaurant sur pilotis au dessus de la riviere. Le cadre est sympa, les invités surprise un peu moins. Ils nous rebutent un peu, surtout quand ils passent sous la table, entre nos pieds, avec leur longues queue de rats d'égout...

 

Le lendemain on visite le marché avant de reprendre la route. Les stands de fruits sont impressionnants de produits qu'on ne connait pas. Au rayon bouffe je me dégote un dessert comme j'aime à base de tapioca, dans une tasse cette fois-ci : ça change des vieilles capotes de Saigon ! Le marché est occupé par de nombreux bijoutiers qui travaillent l'or sur place et beaucoup de vendeurs de tissus qui font les vêtement sur place également.

 

 

 

P1080919

P1080920

P1080921

P1080923

P1080925

P1080926

P1080938

P1080939

P1080934

P1080933

P1080935

 

 

5 heures pour faire les 150 km qui nous separent de Phom Penh, ça promet, surtout que la route était plutôt en bon état. A Phnom Penh, on fait nos adieux à Nico autour de quelques bières dans un café sympa au bord du fleuve Sap, accompagné d'un ancien journaliste américain qui a a fondé le Phnom Penh Post...bye bye amigo !

 

P1080971

Publié dans Cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Tiens en parlant d'Asie, Rico toi qui es en manque de zik, je viens d'écouter le dernier album de Chinese Man sur Deezer, il est mortel !!! Petite pensée pour vous ! Hate de lire la suite de vos<br /> aventures. Bises<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> He ben pas tant que ca en ce moment figure toi, aujourd'hui, plus que de musique, j'ai envie d'un bol de Frosties ! Avec pas topr de lait pour que ce soit bien sucre !<br /> <br /> <br /> Non le riz n'est pas du sucre les amis, vive le sucre...<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> ok les baroudeurs au Cambodge c'est bon ca! grosses bises<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> Bonjour a ta nouvelle maman !<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> bonjour à vous ! je vous suis évidemment...dans vos aventures...Cambodge a résonné plus particulièrement...je préviens Tek...je pense que tu le connais arradon jusqu'en CE2 .il est allé sur la<br /> terre de sa naissance (1978) il y a 3 ou 4 ans... amicalement<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> Oui il est au courant, ca m'aurait bien fait rire de le croiser ici d'ailleurs !<br /> <br /> <br /> <br />