Maligcong - Mainit

Publié le par Rico

Suite a deux jours et demi de transport, je n'ai qu'une seule envie, profiter a fond de mes derniers jours aux Philippines ! Le plan c'est donc d'aller jusqu'a Maligcong, trouver a manger et trouver un guide pour rejoindre Mainit. Ensuite, le lendemain, trouver un guide pour rejoindre Aguid situe a 6h de la ! En gros je veux faire le trajet entre les sites que je veux voir a pied plutot qu'en bus, ce qui veut dire faire les randos avec mon grand sac sur le dos...


 

Ici dans les montagnes du Nord des Philippines, le changement est radical compare aux iles de Palawan. Ici pas de maillots de bain, ni de shorts, c'est plutot bonnets, manteaux et pantalons...  Les maisons ne sont plus en bambous et palmiers mais en toles d'acier. Une autre difference notable est que les gens des montagnes sont beaucoup plus timides que leurs cousins iliens.

 

Arrive a Bontoc, je fonce au marche acheter un sweat !

 

P1070767

Le jeepney pour Maligcong est full, je finis sur le toit a cote de jeunes etudiantes philippines. A Maligcong,  il n'y a pas grand monde, aucun resto, pas plus de guide... Les seules personnes presentes sont des mamies tatouees qui ne parlent pas anglais ! Il est 12h30, je n'ai pas mange ce matin, j'ai faim et je n'ai pas envie de rater la premiere etape de mon super plan...

 

 

 

Au bout de quelques minutes, je trouve enfin ce que je cherche : je me fais inviter a manger chez la mere de mon jeune guide, Issisla. Apres un bon dejeuner, je pars accompagne d'Issisla a travers les rizieres. Issisla n'est vraiment pas bavard. Il est habille d'un costume de bain (comme disent les Quebeccois) et d'un tee-shirt rouge. Il est chausse de tongs (comme tout bon guide qui se respecte) et possede de bons mollets.

 

On commence par traverser les rizieres de Maligcong. On apercoit des rizieres a perte de vue. Le contraste entre les terrasses deja plantees couleur vert fluo et les autres couleur boue est impressionnant. Marcher sur les parois des rizieres n'est vraiment pas faciles avec mon grand sac a dos, par moment, les parois sont tellement etroites qu'on a juste la place d'y mettre un pied. On y croise des planteuses de riz avec des parapluies sur la tete, des plants de riz dans les poches et sous les aisselles.

 

P1070775P1070783.JPGP1070787P1070788P1070789

P1070791P1070801P1070805


 


 

Le temps, deja bien nuageux, tourne a la pluie battante. L'exercice d'equilibriste sur les parois des terrasses, devient un rien dangereux. Les parois en pierre glissent. Quant aux parois en terre, elles deviennent molles et se cassent. En plus d'etre completement trempes, j'ai les chaussures plongees dans la boue, et du coup je glisse encore plus ! Les passages d'etages en etages sont egalement difficiles tant en montee qu'en descente....

 

P1070809P1070810

La situation est assez cocasse. Une fois de plus (apres les fonds marins des iles) je regrette de ne pas avoir fait l'achat d'un appareil photo etanche. Les photos et les videos de cette randonnee auraient ete sympas ! (promis, au prochain tour du monde, j'en achete un...)

 

On quitte enfin les terrasses pour s'enfoncer dans la foret. Les pentes sont rudes et Issisla gambade comme un dingue. Moi avec mon sac, je me galere grave... La vegetation me coupe les bras et les jambes. Par moment il y a des barrieres etroites a passer. Je suis a chaque fois oblige de tirer mon sac pour pouvoir m'inserrer

 

Apres une petite frousse en croisant des sortes de vaches a cornes, qui regardaitent les fringues rouges de mon guide d'un oeil enerve, on retouve les rizieres. D'en haut, on dirait un enorme puzzle. Quand je dis ca a Isssisla, ca le fait rire (he ben tu vois quand tu veux !). Cette fois-ci, ce sont des escaliers en pierre  (transformes en petits torrents) qu'il faut descendre. Une jeunes planteuse de riz me conseille de retirer mes chaussures et de marcher pieds nus pour eviter de glisser. J'ai encore en tete une rando pieds nus au Panama. Mon sac a dos est deja assez lourd comme ca : je garde mes chaussures !

 

P1070812

 

Arrive a un village, mon guide, comme prevu, fait demi tour. Moi j'attends le jeepney pour Mainit dans le magasin du village, biere a la main, avec une douzaine de gosse qui me reluquent de haut en bas. Je reste une demi heure avec eux.  Je leur apprends quelques mots en Francais qu'ils repetent sans aucun accent : ils sont vraiment trop fort en langue ces Philippins !

 

Dans le jeepney, une nana (a qui je mouille le short avec mes fringues trempees) m'indique un hotel. Le proprio m'invite a aller prendre un bain dans sa piscine a 40 degres. Le village possede des sources d'eau chaudes dont une passe juste a cote de l'hotel. Apres cette seance relaxation, je m'occupe un peu de mes affaires : mes chaussures sont pleines de boue, mes fringues trempees (mes bifffetons aussi), mon appareil photo plein de buee et mon sac a dos bien humide.

 

P1070818

P1070822

 

 

Pour demain, changement de plan, pas vraiment envie de randonner six heures avec mon sac sur le dos et mes chaussures trempees. Et puis un bon plan c'est faire pour evoluer : demain direction Banaue, en bus !


Publié dans Philippines

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D

prochain tour du monde pieds nus voilà tout ! ... bibi part avec toi direct !


Répondre
M

super les rizières sous la pluie. Quel travail de fous! Trop mignonne la petite fille en bleu qui attend zen. bISOUS!


Répondre
R


Comme tu le dis : super les rizieres sous la pluie !


Il aurait fait beau, j'aurai ete degoute ...


Quant a la petite fille en bleue, elle avait l'air de bien s'ennuyer !



L

Dis donc toi! T as bien assure dans les rizieres pour le peu...


Répondre
R


a voir la suite, ouais pas mal !